Mettons-nous ensemble à l'écoute de l'Esprit Saint. Il sera notre guide tout au long du synode.

Chercher ce que Dieu attend de nous est une question que nous nous posons probablement souvent. Elle se pose à chacun de nous, tout au long de la vie. Mais, elle se pose aussi au niveau de notre Église diocésaine: qu’est-ce que Dieu attend aujourd’hui de son Église qui est à Tournai ? Or, l’attente de Dieu et l’aspiration à une vie fraternelle sont très fortes dans notre société. Tous les domaines de la mission de l’Église sont concernés : l’annonce de la Bonne Nouvelle, le service de nos frères, et aussi la liturgie. Pour discerner au mieux comment répondre en Église à cette question urgente, notre Évêque convoque un synode diocésain : il sollicite ainsi « notre concours pour le bien de la communauté diocésaine toute entière » (Can 460). En d'autres mots, il nous adresse l'invitation suivante: réunissons-nous pour chercher et trouver ensemble comment, dans notre province de Hainaut, nous pouvons rendre compte de l’espérance qui est en nous (1 P 3, 15) ? 


Le synode est donc une aventure passionnante qui concerne tous les catholiques du diocèse. Par notre baptême, nous avons tous reçu l’Esprit Saint. Aujourd’hui, c’est à ce titre que nous sommes invités à nous mettre en route ensemble pour chercher en Église comment répondre à l'attente de Dieu et des hommes de ce temps. L'Esprit seul peut nous conduire sur le chemin de Dieu. Si nous acceptons de rester disponibles aux surprises de l'Esprit, nous pourrons discerner les réponses à donner aux défis nouveaux qui se posent à notre Église, dans la fidélité à la Bonne Nouvelle. 

Le synode sera aussi l’occasion de grandes joies. Il y aura d’abord les joies de la foi : goûter la tendresse du Père,  avancer sur le chemin de la prière et y rencontrer le Christ, accueillir l’Esprit qui nous donne la Vie. Il y aura aussi les joies de l’Église : vivre profondément la joie de l’évangile au cœur de nos communautés, redécouvrir combien nos frères sont signes de Dieu pour nous, apprendre à les aimer toujours davantage. Il y aura enfin les joies de la fête, car on célèbre un synode !  C’est la fête de la communauté diocésaine qui se retrouve pour construire ensemble une réponse aux aspirations humaines et à la miséricorde de Dieu.

Le cheminement du synode durera jusqu'à l'automne 2013, selon 4 phases.

  • Actuellement, nous vivons la phase de sensibilisation : elle doit nous permettre de mieux percevoir la réalité d'un synode ainsi que les défis contenus dans les thématiques identifiées par notre Évêque. Le temps de l’Avent sera le moment fort de cette phase.
  • À partir de février 2012, commencera la phase de consultation, pendant laquelle les baptisés, réunis en équipes synodales, réfléchiront aux questions posées par notre Évêque. Dans tout le diocèse, et donc aussi dans notre paroisse, des équipes pourront se mettre sur pied pour cheminer ensemble et rédiger des propositions de réponse : que propose-t-on d’améliorer dans notre manière de vivre l’Évangile en Église ? comment le faire ?... Ce sera le temps le plus important du synode.
  • En septembre 2012, s'ouvrira la phase des assemblées synodales (dite aussi phase de célébration). Des délégués de tout le diocèse se rassembleront pour discuter librement et fraternellement des propositions qui auront été réunies dans un document de travail. Pour synthétiser leurs travaux, ils rédigeront et approuveront un document définitif.
  • À l'automne 2013, ce document sera solennellement transmis à notre Évêque, qui prendra des décrets pour traduire en actions et orientations pastorales les recommandations issues du synode. Commencera alors le temps du déploiement et de la mise en œuvre du synode dans le quotidien.

 Notre Évêque compte sur nous : au nom de Dieu et pour le bien de tous, il sollicite notre concours. Alors, commençons dès maintenant à porter ce synode dans la prière, et nous pourrons être disponibles pour y participer sereinement et joyeusement. Bon synode à tous !