Pour préparer le synode, un dossier de référence a été rédigé. Le dossier est aussi disponible sous la forme d'un fichier PDF (voir en bas de cette page). Pour accompagner chaque membre des futures équipes synodales, un « carnet de route » plus succinct sera proposé au début de 2012.

 

Outre un texte d'ouverture qui présente le dossier, on retrouve 8 fiches:

  • Célébrer un synode (fiches 1 à 4)
    • 1. L'Église selon Vatican II
    • 2. Synode et synodalité
    • 3. Les liturgies synodales
    • 4. L'évangélisation
  • 4 thèmes pour notre synode (fiches 5 à 8)
    • 5. La mission de l'Église et la liturgie
    • 6. Les Unités pastorales
    • 7. Les ministères dans l'Église
    • 8. L'initiation chrétienne, en famille et au catéchuménat
 

Vous trouverez ci-dessous le résumé de chaque fiche, et un lien vers le contenu complet.

Fiche 1

L'Église selon Vatican II

Le Concile Vatican II s'est déroulé il y a 50 ans. Il a donné de l'Église une double définition : l'Église est le sacrement du Christ dans le monde et elle constitue, au sein de l'humanité, le peuple de Dieu en marche vers le Royaume.

La notion de sacramentalité appliquée à l'Église permet de situer l'Église à la fois dans son rapport à Dieu et dans son rapport au monde. L'Église est appelée à être sur la route des hommes le signe vivant du salut en Jésus-Christ. L'Église est ainsi redécouverte dans son mystère profond et plus seulement définie par son aspect institutionnel.

Le Concile Vatican II souligne aussi avec force que l'Église n'est pas la seule affaire de quelques-uns qui la font fonctionner, tous les baptisés sont partenaires de sa mission. L'Église est le Peuple de Dieu dont chaque membre a une égale dignité. Chacun, selon sa vocation propre, est appelé à prendre part à la mission sacerdotale, prophétique et royale du Christ. Le Concile invite ainsi à passer résolument d'une Église qui jadis reposait sur le seul clergé à une Église qui repose sur la responsabilité de tous, dans la diversité et la complémentarité des charismes et des vocations de chacun. L'ecclésiologie de Vatican II est fondamentalement une ecclésiologie de communion.

Pour aller plus, lire la fiche 1.

Fiche 2

Synode et synodalité

Le mot « synode » est employé depuis les premiers temps de l'Église dans un sens équivalent à celui de « concile » d'abord, puis pour désigner une réunion du clergé convoquée par l'évêque d'un diocèse. Le terme « synodalité » est, quant à lui, d'un usage plus récent ; le mot désigne la manière concrète de mettre en œuvre la « communion » promue par Vatican II entre tous les baptisés, en articulation avec la responsabilité pastorale de l'évêque. La synodalité est un mode de fonctionnement typique à l'Église, qui dit quelque chose de sa nature originale et profonde. La synodalité permet à l'Église de s'éprouver concrètement elle-même et de se montrer au monde comme « sacrement du Christ, signe et moyen de l'union intime avec Dieu et de l'unité de tout le genre humain ». Le « Synode diocésain », institution séculaire, a été entièrement repensé dans cet esprit promu par Vatican II : il « occupe, dans le gouvernement pastoral de l'Évêque, une place de première importance au sommet des structures de participation du diocèse. Il se présente comme un acte du gouvernement épiscopal et comme un événement de communion ».

Pour aller plus loin, lire la fiche 2.

Fiche 3

Les liturgies synodales

Dans un synode diocésain comme dans un concile, la liturgie est importante et occupe même une place centrale. On peut considérer cela à partir des nombreuses célébrations liturgiques qui sont appelées à jalonner le déroulement d'un synode, mais aussi et d'abord à partir de l'identité même d'un synode et de son sens ecclésial profond.

Pour aller plus loin, lire la fiche 3.

Fiche 4

L'évangélisation

Derrière le mot « évangélisation » se dessine la mission première de l'Église dans le monde de ce temps : poursuivre la mission du Christ pour annoncer l'Évangile comme une bonne nouvelle qui concerne tous les humains et toutes les dimensions de leur être, sauver la Création pour la conduire au Père et inviter toute femme et tout homme à partager la vie divine. Aujourd'hui cependant, quand on parle d'évangélisation, se manifestent parfois des incompréhensions voire des réticences. Les quelques lignes de cette fiche sur l'évangélisation, dimension constitutive de la vie de l'Église, ont pour objectif d'inviter à approfondir positivement la question.

Pour aller plus loin, lire la fiche 4.

Fiche 5

La mission de l'Église et la liturgie

Venu pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance (Jn 10, 10), le Christ confie à Son Église une triple mission : relever tout homme dans sa pleine dignité, annoncer l'Amour de Dieu pour chacun d'entre nous, et être ferment de l'unité du genre humain et de l'union intime avec Dieu. Ces 3 axes de la mission sont d'égale importance, mais ils sont par nature très différents. Ainsi, le cœur de la vie de l'Église est-il d'offrir à chaque homme et chaque femme l'occasion d'un face-à-face authentique avec Dieu.

Lors de Vatican II, les Pères conciliaires ont voulu porter cette préoccupation, en mettant l'accent simultanément sur deux dimensions essentielles de toute célébration chrétienne : d'abord, le Christ comme unique grand-prêtre et unique offrande, et ensuite, la participation active de tous les fidèles. Ces deux dimensions paradoxales en déterminent finalement la dynamique spécifiquement chrétienne : s'unir personnellement au Christ présent dans l'Église. L'Eucharistie, qui constitue le résumé saisissant de la totalité du mystère du salut rendu présent et actuel sous nos yeux, nous conforme toujours davantage au Christ qui se donne et nous tourne vers l'avenir de son retour. Aussi la liturgie, avec son charme propre, constitue-t-elle le cœur de l'identité et de la mission de l'Église, le creuset de toute évangélisation.

Pour aller plus loin, lire la fiche 5.

Fiche 6

Les Unités pastorales

Dans notre diocèse, comme un peu partout dans les diocèses d'Europe du Nord, les évêques ont organisé des regroupements paroissiaux souvent appelés « Unités pastorales ». Dans le Diocèse de Tournai, on parle d' « Unités pastorales nouvelles », des communautés de paroisses regroupées à la suite d'une année « Renaissance » et la constitution d'une « Équipe d'Animation Pastorale » partageant les responsabilités du prêtre dans ces ensembles. Ce regroupement n'a pas seulement pour but de gérer le manque de curés résidents. Il offre aussi à l'Église locale une occasion de penser sa présence et sa visibilité en termes de sacramentalité, de signe, pour lui assurer dans notre paysage social et culturel un avenir durable et pertinent.

Pour aller plus loin, lire la fiche 6.

Fiche 7

Les ministères dans l'Église

La mission de l'Église, c'est l'affaire de tous. Chaque membre du Peuple de Dieu, selon ses charismes et sa vocation propre, est appelé à prendre sa part pour que l'Évangile soit annoncé, célébré et vécu. Mais alors pourquoi faut-il des ministères dans l'Église si la mission est portée par l'ensemble des baptisés ? Les ministères ne suppriment pas la commune responsabilité des membres de l'Église, ils la stimulent. Si dans l'Église quelques-uns sont investis d'un ministère, c'est pour que tous prennent part à la mission. Les ministères contribuent à construire l'Église comme le sacrement du Royaume au cœur du monde. Parmi la diversité des ministères qui soutiennent l'Église dans sa triple charge de communion, de témoignage et de diaconie, le ministère ordonné a un rôle essentiel pour signifier que le Christ est toujours à l'œuvre.

Il est donc vital pour l'Église de vivre dans une dynamique de l'appel : appel de tous les baptisés à prendre leur part dans la mission de l'Église, appel de quelques-uns à prendre en charge des ministères pour soutenir l'Église dans sa triple charge de célébrer la foi, de l'annoncer et de la mettre en œuvre, et enfin appel particulier au ministère presbytéral pour que le signe du Christ unique Pasteur soit porté.

Pour aller plus loin, lire la fiche 7.

Fiche 8

L'initiation chrétienne, en famille et au catéchuménat

L'initiation chrétienne est le processus par lequel une personne devient disciple du Christ. Mettre ses pas dans les pas d'un Messie crucifié et entrer ainsi dans une nouvelle manière de vivre – expérience du Mystère pascal- est un itinéraire qui concerne candidats et communauté.

Ce sont les sacrements de l'initiation (baptême, confirmation et eucharistie) soutenu par un accompagnement en famille, en catéchèse ou en catéchuménat qui font de la personne un chrétien.

Aujourd'hui, les familles sont parfois démunies et les communautés fragiles devant cette responsabilité. Par ailleurs, l'itinéraire catéchuménal proposé aux adultes et aux grands jeunes pourrait inspirer toute démarche catéchétique et particulièrement la catéchèse d'initiation post-baptismale. C'est une tâche première pour les communautés chrétiennes de soutenir le cheminement de tous ces (futurs) baptisés.

Pour aller plus loin, lire la fiche 8.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Dossier de référence.pdf)Dossier de référence.pdf[Fichier complet imprimable en A4]652 Kb