Des premiers arrivés aux derniers repartis, la fête à la Collégiale Ste-Waudru a duré plus de six heures. Voici quelques flashes sur ce grand rassemblement.

 

(Em)portés par la foule...

news0Les Montois n'en croyaient pas leurs yeux : à l'exception de la cérémonie de la descente de la châsse, la veille de la Ducasse, on n'avait jamais vu autant de monde dans la Collégiale Ste-Waudru. Il y avait environ 1.200 participants, tant pour la promulgation des décrets que pour la célébration eucharistique. Un moment fort au cours duquel tous ont chanté et prié à l'unisson.

Certains sont arrivés très tôt à Ste-Waudru, pressentant qu'on « jouerait à guichets fermés ». Dès 8h du matin, de petits groupes de personnes gravissaient la rue du Chapitre, qui mène à la place du même nom. Et à 9h, heure à laquelle était censé débuter le temps de l'accueil, la Collégiale grouillait déjà de monde.

Un accueil en chansons

Sur le parvis de la Collégiale, des jeunes offraient un accueil improvisé en chansons. Il faut dire que le chant et l'improvisation, cela leur est familier : c'est ce que la plupart d'entre eux pratiquent dans des rassemblements comme les JMJ ou le week-end diocésain. Ici, le week-end fut toutefois très particulier eu égard à l' « hôtel » exceptionnel qui les abritait : le chœur de la Collégiale... Jusqu'au bout, les jeunes auront eu leur place dans ce synode, et ils auront même dans deux ans leur « mini-synode » avec certainement une « maxi-participation » !

Le café passe durant la nuit

Les jeunes ne sont guère friands de café, mais on sait que par contre les adultes en boivent volontiers. En servir à l'accueil de cette célébration de clôture était un nouveau défi pour l'équipe logistique qui avait œuvré lors des sessions à Bonne-Espérance : 400 membres à l'assemblée synodale, trois fois plus à la clôture. Et pour mener l'opération à bon port, l'équipe avait disposé dès la veille au soir des samovars impressionnants sous le jubé de la Collégiale. Evidemment, il faut du temps pour faire passer de tels percolateurs géants. Heureusement, ces engins étaient dotés d'une minuterie, qui a permis le déclenchement plusieurs heures, c'est-à-dire en pleine nuit. Encore un événement inédit pour Ste-Waudru.

Les mercis de l'Evêque...

news0bIl est toujours périlleux de se lancer dans des mercis, mais on sait que Mgr Harpigny n'a pas froid aux yeux. Ses remerciements, il les a déclinés en neuf étapes : le secrétaire général Philippe Fortemps et son épouse, le responsable de l'équipe logistique Jean-Claude Liénart et son épouse, le responsable de la liturgie Michel Vinckier, le canoniste Jean-Pierre Lorette, les théologiens Arnaud Join-Lambert et Marie-Hélène Lavianne, le comité de pilotage, tous ceux qui ont œuvré dans l'ombre, les 3600 participants aux équipes synodales et les 389 membres de l'assemblée synodale, et enfin le groupe des jeunes.

...et ceux des jeunes

news1Fort émouvant fut le moment où deux petites filles ont à leur tour remercié Mgr Harpigny pour ce synode. Depuis l'ouverture, elles ont grandi et n'oublieront pas cet événement dont leurs parents leurs ont parlé à la maison. L'Evêque aussi a grandi, puisqu'il fête cette année un triple anniversaire : 65 ans d'âge, 40 ans d'ordination presbytérale et 10 ans d'ordination épiscopale. « Vous ne faites pas votre âge », a lancé l'une des deux fillettes...

Les uns immobiles, les autres pleins d'entrain

news2Les hallebardiers sont bien connus des habitués de la Procession du Car d'Or à Mons. Vêtus aux couleurs jaunes et noires du chapitre de sainte Waudru, ils accompagnent les reliques de la sainte dans son tour de ville. Samedi, quelques-uns d'entre eux sont venus en délégation, notamment pour garder les entrées du déambulatoire. Leur immobilité contrastait avec le mouvement perpétuel des chanteurs et danseurs africains, en particulier durant la procession des offrandes. Un cortège haut en couleurs que l'on retrouve avec plaisir dans différentes célébrations à travers le diocèse.

Le synode, tout un monde

"Les élèves du Collège Saint-Augustin d'Enghien sont-ils arrivés ?" La question a été posée plusieurs fois: on les attendait avec impatience car ils devaient amener l' « objet-souvenir ». Ce cadeau a finalement été remis durant la célébration eucharistique : il s'agit d'un globe terrestre en métal, façonné par les élèves de la section soudure. Cette sphère est surmontée des cinq clochers de la Cathédrale de Tournai et de la barque qu'on retrouve sur le logo du synode. Ce cadeau, remis à la veille de la St-Eloi, patron des travailleurs du métal, trouvera sa place à la Cathédrale. Il sera pour les décennies à venir un symbole et un souvenir de l'aventure de 2011-2013.

Cette sphère est accompagnée d'une tige feuillue qui supporte un parchemin sur lequel on peut lire ce texte :

news3Poursuis toujours ta route
Quelles que soient les difficultés
N'abandonne jamais ton projet
Ecoute les conseils de tes aînés
Suis le chemin tracé par la colombe
Et malgré la distance, sème
la paix, dans le monde

Collège Saint-Augustin Enghien
Les élèves de 6ème année professionnelle
Synode diocésain de Tournai

Ballons volent

news4D'autres boules ont virevolté dans la Collégiale durant la célébration : c'étaient les ballons gonflés par les enfants qui avaient bénéficié d'une animation adaptée à leur âge. Sur ces ballons, ils avaient écrit des phrases comme « Je t'aime, Jésus ». Et par la grâce des bouches d'aération du chauffage placées dans les bas-côtés, ils montaient vers les voûtes, comme s'ils avaient été gonflés à l'hélium.

Bonne fête André

La célébration de clôture étant organisée le 30 novembre, Mgr Harpigny n'a pas manqué de souhaiter une bonne fête à tous les André, et particulièrement à André Minet, le doyen de Mons, qui accueillait ce grand rassemblement chez lui.

In memoriam

Au cours de la célébration eucharistique, il a été fait mémoire de trois membres de l'assemblée synodale décédés depuis l'ouverture du synode. Il s'agit de l'abbé Luc Dussenne, ancien vice-doyen de Charleroi, du père Jean-Pierre Holemans, supérieur des Pères des Sacrés-Cœurs à Charleroi, et de l'abbé Guy Delfosse, doyen de Fleurus.

Hubert WATTIER, Service Presse et Communication de l'Évêché

(voir sur le site du diocèse)