Prononcé par les deux secrétaires généraux du synode diocésain, lors de l'ouverture à la Cathédrale, le 22 septembre 2012. (Publié en condensé dans Eglise de Tournai, octobre 2012)

 

Il y a plus d’un an déjà que notre Évêque, Mgr Harpigny, a convoqué un synode dans notre diocèse. À cette occasion, il nous a invités à prier et réfléchir sur le thème fondamental de la « sacramentalité de l’Église ».  Pour illustrer ce thème, un verset de l’évangile selon saint Jean a été choisi :

Pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance
(Jn 10,10)

Par ces quelques mots, le Christ exprime le cœur de sa mission : Il est le Sacrement par excellence, le signe et le moyen de l’Amour du Père pour tous les hommes. Il est venu pour que nous ayons part à la Vie, avec un V majuscule : c’est-à-dire la Vie même que le Fils reçoit du Père et qu’Il nous confie par la grâce de l’Esprit Saint. Dans l’Église, nous recevons la vie du Christ pour en vivre en plénitude et pour l’annoncer et la transmettre à tous les hommes de notre temps.

En nous donnant cette perspective de la sacramentalité de l’Église, notre Évêque nous invite à réfléchir en profondeur. Les questions qu’il nous pose ne sont pas des questions de détails. Il s’agit plutôt du cœur même de la mission de l’Église et de notre vocation de baptisés. C’est donc une tâche importante que notre Évêque nous confie, celle de nous mettre à l’écoute de l’Esprit Saint afin d’entendre ce que Dieu demande à Son Église en Hainaut « pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance ».

Un synode, un événement de grâce à  l’écoute de l’Esprit Saint

C’était le 28 mai 2011 que notre Évêque a publiquement annoncé la convocation d’un synode diocésain. Et dès le mois de juin, le Comité de pilotage s’est mis au travail : il y avait tant de choses à préparer. Mais, le vrai démarrage du synode a coïncidé avec le début de la phase de consultation, en février de cette année. Une phase de consultation très large, puisque tous étaient invités à y participer, sans aucune restriction. Ainsi, le plus jeune membre d’une équipe synodale avait 9 ans, et l’ainé 94 ans ; quelle richesse !

Pour tout vous dire, on nous annonçait qu’il y aurait péniblement 50 équipes et donc moins de 400 personnes. Alors, quand nous avons vu croître ce nombre de jour en jour…,  eh bien, nous devons vous avouer que nous avons été impressionnés. Car finalement, c’est 3600 personnes rassemblées en plus de 450 équipes qui se sont mobilisées pour répondre à l’invitation de notre Évêque…

Alors, nous n’avons eu qu’à rendre grâce pour toute votre générosité et à continuer à faire confiance à l’Esprit Saint qui a véritablement soufflé partout dans le diocèse et qui y souffle encore !

Une nouvelle phase pour notre synode : l’assemblée

À partir d’aujourd’hui, le synode entre dans une autre phase : celle de l’assemblée synodale. Pendant encore un an, à l’occasion de 4 journées, les membres de l’assemblée vont se mettre à l’écoute de l’Esprit Saint pour accueillir les propositions des équipes synodales, les affiner et les voter pour en faire des propositions d’orientations pastorales. Il nous faudra aussi réfléchir et discerner des actions concrètes. Tout cela, afin de le donner à notre Évêque pour qu’il puisse en faire des décrets pour l’avenir de notre diocèse.

Dans toute cette réflexion et ce discernement, nous aurons à cœur de nous souvenir que NOTRE Église diocésaine est d’abord et surtout celle de Dieu. Ne pensons pas qu’elle dépend d’abord de nous et de nos efforts…  Mais bien du Christ qui la fonde, pour nous donner la Vie et nous demander de la transmettre à tous les hommes.  

Alors aujourd’hui, comme toujours, il est important de nous mettre en vérité à l’écoute de l’Esprit Saint. Si notre assemblée synodale est placée sous le patronage de la Vierge Marie, c’est pour qu’elle nous montre comment être et rester disponibles aux élans insoupçonnés de l’Esprit Saint. Que l’Esprit vienne habiter dans le cœur de chacun de nous, pour nous rendre efficaces par le seul don de Sa grâce. (Adsumus)

Notre assemblée

C’est l’Église diocésaine qui est ici présente comme en résumé, dans la richesse de ses différents charismes. Nous sommes 389 membres effectifs de l’assemblée synodale. Autour de notre Évêque, il y a 104 prêtres et 14 diacres permanents, 24 religieuses et 247 laïcs ; parmi ceux-ci, il y a 138 femmes et 109 hommes. 131 membres de droit, 251 membres élus et 7 membres librement choisis par notre Évêque. La plus jeune d’entre nous a 16 ans, alors que notre aînée a 88 ans. 

Tous ne sont pas là aujourd’hui, principalement pour des raisons de santé. N’oublions pas non plus ceux qui auraient volontiers répondu positivement pour être membre de l’assemblée synodale, mais qui ont dû refuser pour des raisons professionnelles ou de santé. Tous, ils ont promis de nous porter dans leur prière, gardons les au cœur de la nôtre.

En regardant à nouveau la diversité de notre assemblée, j’aimerais paraphraser saint Paul aux Galates : « il n’y a plus ni carolo, ni tournaisien ; ni mouscronnois, ni chimacien ; ni louvièrois, ni borain…  il n’y a plus ni homme, ni femme. Il n’y a plus ni jeune ni vieux. Car en Jésus Christ, vous êtes tous fils de Dieu par la foi. Vous tous que le baptême a unis au Christ, vous avez revêtu le Christ. Tous, vous ne faites plus qu’un dans le Christ Jésus. » (Ga 3, 26-29).

Sans renier qui nous sommes, ni de quelle communauté ou service nous venons, nous sommes donc tous membres d’une même assemblée, avec la même dignité de baptisés et rassemblés pour discerner en vue du bien de tous. Le même droit de participer pleinement au travail de l’assemblée, et le même devoir de porter au sein de l’assemblée non pas les intérêts particuliers de ceux qui nous ont désignés, mais plutôt le souci de tout le diocèse.

Le cahier synodal

Le travail de l’assemblée synodale partira des propositions faites par les équipes synodales. Mais comme vous l’imaginez bien, 450 équipes rédigeant jusqu’à 5 propositions chacune, cela donne un nombre important de pages… en fait, plus de 1000 pages. Alors, les membres du comité de pilotage ont accepté un petit devoir de vacances : ils ont lu, découvert et accueilli toutes les propositions faites par les équipes synodales… Au total, on peut retenir que chacune des propositions a été lue entre 3 et 5 fois.

Une première lecture a permis de dégager les grandes tendances des contributions des équipes synodales. À partir de ce point, une collection de mots-clés nous a permis de regrouper les propositions en familles. Ensuite, une petite équipe, composée de 8 personnes (5 laïcs, 1 diacre, 1 prêtre… et 1 évêqueJ), une petite équipe donc s’est attelée à la rédaction d’un document de travail pour l’assemblée. Ce document porte le nom de « Cahier synodal » et il rassemble et organise les nombreuses propositions des équipes selon les 4 thématiques ouvertes par notre Évêque. Car, finalement, il n’a pas été nécessaire d’en considérer davantage.

Chaque thématique est déclinée en 2 ou 3 axes, appelés « motions pastorales ». Ces motions constituent des propositions d’orientation pastorale sur lesquelles, en assemblée, nous allons travailler. Au total, il y en a 11. Comme vous le verrez dans le document, elles sont présentées de manière homogène : il y a d’abord les constats les plus représentatifs tels que faits par les équipes synodales ; ensuite, un petit texte de synthèse et enfin surtout, une proposition d’objectifs à atteindre sous la forme d’une dizaine d’articles par motion.

Notre travail au sein de l’assemblée synodale

Alors, en quoi consistera notre travail au sein de l’Assemblée synodale ? Eh bien, le Cahier synodal ne constitue que le point de départ du travail de l’assemblée. Il propose 11 motions déclinées en un total de 90 articles. Tous ces articles sont à affiner et amender. Ils peuvent être remplacés ou supprimés ; d’autres articles peuvent venir compléter l’ensemble. Et puis, nous aurons à les approuver, par un vote.

Nous aurons l’occasion de reparler des votes et du discernement. Mais, manifestement, il ne s’agira pas de voter les uns contre les autres, ni de construire des « consensus mous ». Car, au sein de l’assemblée synodale, nous avons la mission de faire des propositions réfléchies et mûries dans la prière, afin que notre Évêque puisse les promulguer comme lois pour l’avenir de notre diocèse. Aussi, chercherons-nous à agir avec la même qualité d’implication et de rigueur que celle que nous aurions dans notre cadre professionnel.

Tout ce discernement d’orientations pastorales pour notre diocèse occupera largement les 2 premières sessions de l’assemblée synodale.

Les 2 sessions suivantes seront consacrées à la proposition d’actions concrètes pour atteindre les objectifs que nous nous serons fixés. Nous ne pouvons pas en rester à des constats ou à des exhortations : il nous faut prendre les moyens de mettre en œuvre la mission de l’Église. Le désir de notre Évêque est que nous débouchions sur des actions concrètes ancrées dans la foi  de l’Église et dans le concret, réalistes et audacieuses.

Dans certaines UP, des propositions concrètes ont déjà été mises en œuvre, quand elles étaient pertinentes sur le plan local. Mais, la mission que nous recevons de notre Évêque est de prier, réfléchir et discerner des actions pertinentes au niveau du tout le diocèse, et donc pour chaque paroisse et chaque communauté. Des initiatives nouvelles ou approfondies… 

Les 4 journées seront donc composées de temps de prière et aussi des temps de convivialité fraternelle (les repas et les pauses), des temps en assemblée plénière et des temps en équipes. Le planning sera précisé au début de chaque journée. Mais comme le temps reste limité, il conviendra de bien le suivre et de respecter les différents temps de parole prévus.

Il y aura donc des temps en équipes. Chaque équipe se verra confier l’étude et le travail d’une des 11 motions proposées dans le Cahier synodal. Il y aura plusieurs équipes pour une même motion. Aussi, nous vous demandons d’identifier pour le 22 octobre au plus tard (dans un mois, donc) les 3 motions sur lesquelles vous souhaitez travailler de préférence. Un formulaire est disponible en ligne à cet effet ; les détails complémentaires sont fournis à la page 9 du cahier synodal, ainsi que sur le site web.  Vous pourrez retirer votre exemplaire du Cahier synodal à l’évêché pendant le temps de convivialité. Et puis, il n’est pas inutile de le lire et de le travailler dans tous les sens. Par ce travail, vous préparerez déjà votre participation à l’assemblée synodale, et vous serez plus à même de bien choisir, pour le 22 octobre, les motions sur lesquelles vous souhaitez travailler.

Les aspects pratiques

Au point de vue pratique, durant les 4 sessions de l’assemblée synodale, nous serons accueillis dans le superbe cadre de Bonne-Espérance, à Vellereille-les-Brayeux. Les sessions commenceront à 9h précises pour se terminer à 17h, et ce serait très chouette que chacun soit présent dès l’ouverture de chaque session. Il faut d’ailleurs noter que, pour des raisons extérieures, l’accès aux bâtiments sera plus difficile après 9h.

Nous souhaitons vous recommander le co-voiturage pour aller à Bonne-Espérance. Le parking est en effet limité ; et puis, cela permettra de réduire notre empreinte écologique.

Lors des sessions, il vous est évidemment demandé d’apporter votre cahier synodal, ainsi que votre nécessaire pour prendre notes (quelques feuilles, un plumier…)

Afin que notre assemblée fonctionne harmonieusement, nous pourrons certainement compter sur la bienveillance de chaque membre. Nous nous appuierons aussi sur l’aide de quelques volontaires qui assumeront des services spécifiques :

  • Patrick De Bucquois a déjà commencé à animer cette première réunion. Il a accepté d’être le modérateur de l’assemblée, et donc de veiller tout particulièrement au respect du temps en assemblée plénière. C’est un rôle délicat ; un merci très sincère d’avoir accepté.
  • Michel Vinckier est responsable de l’équipe liturgique. Aujourd’hui déjà, il a veillé, avec d’autres, à ce que la liturgie puisse nous rassembler et tourner nos cœurs vers Dieu. Merci Michel ! Pendant les sessions, il préparera aussi les temps de prière et les célébrations.
  • Jean-Pierre Lorette assume la tâche délicate de veiller au respect du droit de l’Église et de la loi synodale promulguée par notre Évêque.  Tout cela nous permettra de vivre sereinement notre synode, dans une atmosphère fraternelle où chacun peut déployer sa dignité de baptisé. Merci d’avance !
  • Jean-Claude Liénart  a sollicité une équipe de bénévoles pour veiller à l’accueil et aux besoins pratiques. Ainsi, par exemple, ils proposeront une soupe bien chaude pour compléter le pique-nique que vous voudrez bien apporter à chaque session. Nous pouvons donc, dès aujourd’hui, les remercier chaleureusement en votre nom.

Par ailleurs, nous pourrons compter sur la présence de deux théologiens : Arnaud Join-Lambert, qui vient de parler, et Marie-Hélène Lavianne. Ils seront là pour répondre à d’éventuelles interrogations ou pour nous interpeller si nécessaire.

Enfin, le comité de pilotage reste toujours à votre disposition.

Osons avancer avec le Seigneur

Nous arrivons au bout de ces quelques mots. Mais avant de vous inviter à prendre ensemble un temps de convivialité (pendant lequel vous pourrez recevoir votre exemplaire du Cahier synodal), nous voudrions répondre ici à une question importante. Plusieurs nous ont dit leur inquiétude : « Comment allons-nous oser faire tout cela ? En sommes-nous vraiment capables ? »

Souvent, au sein du Comité de Pilotage, nous nous sommes partagés la même inquiétude : la tâche nous dépasse tellement. Mais chaque fois, nous nous sommes sentis portés par la prière de nombreuses personnes, dans le diocèse ou au-delà. Et nous sommes certains que cela continuera. Car si quelques-uns sont appelés pour faire partie de l’assemblée synodale, tous les membres du diocèse peuvent y contribuer efficacement, en priant pour le synode.

D’ailleurs, pendant les 4 sessions de l’assemblée, une chapelle sera réservée à Bonne-Espérance pour l’adoration. Tous les membres du diocèse qui voudront y venir seront les bienvenus. Des informations complémentaires seront bientôt transmises aux Unités pastorales et mises sur le site web.

Et puis, vous le savez bien, « Quand deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis là, au milieu d'eux. » (Mt 18,20)… Alors vous pensez, quand il y en a près de 400 !

Faisons donc confiance au Seigneur et laissons l’Esprit Saint nous enseigner le but vers lequel nous devons marcher, pour que tous aient la Vie, la Vie en abondance !