Depuis le début du synode, à l’invitation de notre Évêque, nous avons prié l’Adsumus. Et ainsi, au jour le jour, nous avons fait davantage connaissance avec l’Esprit Saint. C’est Lui qui façonne de l’intérieur notre Église diocésaine pour qu’elle rayonne toujours mieux la clarté du Christ. (Article publié dans Eglise de Tournai, en octobre 2013)

Saint Jean de la Croix a une expression inhabituelle pour décrire l’Esprit Saint : « Le Fils de Dieu, en qualité d’Époux, se fait précéder de son Esprit comme d’un maréchal des logis, chargé de préparer sa résidence en l’âme. » (Le Cantique spirituel 17,8) Prenons le temps de mieux la comprendre…

Certains d’entre nous s’en souviennent encore : feu la gendarmerie était la dernière entité belge à posséder le grade historique de Maréchal des Logis. Cette appellation, qui se maintient encore dans certains pays francophones dont la France, datait de l’époque de la cavalerie. Elle identifiait initialement le sous-officier qui devançait son escadron afin de préparer les lieux d’étape. En particulier, c’est à lui que revenait la mission essentielle d’aménager l’hébergement et le repos, le Logis.

Quand Jésus dit « Si quelqu'un m'aime, il restera fidèle à ma parole ; mon Père l'aimera, nous viendrons chez lui, nous irons demeurer auprès de lui. » (Jn 14,23), c’est en fait l’Esprit Saint qui prépare notre cœur à accueillir cette présence ineffable. Il est le maréchal des logis de la Trinité en notre âme. Il achève en nous la préparation que nous avons entamée en vue de la rencontre du Christ. Du petit coin de notre âme que nous osons lui confier, l’Esprit fait un tabernacle, comme un monastère intérieur où la Trinité elle-même vient faire sa demeure ; c’est Dieu qui vient prier en nous (Rm 8,26). C’est en laissant l’Esprit Saint convertir notre cœur à Dieu que nous pouvons ressembler au Christ.

Et ce que l’Esprit réalise en chacun de nous, lorsque nous l’y invitons, Il le fait aussi au cœur de l’Église. Il la façonne de l’intérieur pour entendre, accueillir et répondre à la douce volonté du Père. C’est l’Esprit que nous avons sans cesse interrogé pour qu’Il nous rende capables de mieux témoigner de la bonté et de la miséricorde divines. C’est Lui qui nous donne l’audace de progresser dans notre mission d’être le Visage du Christ pour les hommes et les femmes d’aujourd’hui en Hainaut.

Voilà pourquoi nous avons prié l’Adsumus, voilà pourquoi nous continuerons à le prier encore quelques temps. D’abord lors de la prochaine session (12/10/2013), l’assemblée synodale aura un travail de discernement particulièrement délicat à réaliser, pour identifier les actions concrètes à mettre en œuvre dans l’avenir proche du diocèse. Il est donc indispensable de la soutenir par la prière, afin que l’Esprit prépare le cœur de chacun de ses membres et qu’Il leur enseigne le but vers lequel nous devons marcher.

Ensuite, ce sera le temps pour notre Évêque de discerner, parmi toutes les propositions qui lui auront été faites par le synode, celles qu’il convient de mettre en œuvre au plus vite et les moyens à consacrer à ces actions. Que l’Esprit Saint lui vienne aussi en aide !

En même temps, nous pouvons demander, pour nous-mêmes partout dans le diocèse, que l’Esprit nous prépare intérieurement à l’accueil de la volonté de Dieu. Elle trouvera à s’exprimer au travers des résultats de tout le cheminement, depuis le travail des équipes synodales jusqu’aux décrets promulgués par notre Évêque à la célébration de clôture (voir note ci-dessous).

Demandons donc au Saint-Esprit d’aménager notre cœur ainsi qu’Il l’a fait pour Marie. Comme elle, nous nous sentirons enveloppés des merveilles de Dieu. Avec elle, nous pourrons chanter Magnificat pour manifester notre action de grâce. À son image, nous pourrons dire « Oui, me voici » aux appels surprenants du Seigneur.